André, il faut y croire

André, 80 ans

21 Février 2022
temps de lecture

Temps de lecture : 4 min

Présentez-vous brièvement ?

Je m’appelle André, je suis retraité de la SNCF depuis 1996. Je partage avec mon épouse notre vie entre le la région parisienne et la Corrèze..

Comment avez-vous découvert votre maladie ?

Par des maux de ventre et un amaigrissement assez prononcé, j’ai perdu 9 kilos, donc j’ai été consulter mon médecin traitant qui m’a prescrit un scanner en premier lieu. Ce scanner a démontré des affaires suspectes. Donc, j’ai reconsulté mon médecin traitant qui m’a prescrit un IRM. Au niveau de la découverte, ç a remonte à mai 2015.

Qu’est-ce qui vous a le plus et le moins aidé dans votre parcours ?

Le plus, c’est d’avoir l’assurance d’un premier gastro-entérologue qui m’a rassuré et le deuxième gastro-entérologue que j’ai vu dans un hôpital parisien qui me suit depuis 2015.

Ça m’a beaucoup aidé parce que les traitements ont été efficaces et tout se passe bien jusqu’à maintenant.

Quand j’ai passé mon premier scanner, j’ai eu la désagréable surprise du radiologue m’annonçant que j’avais une tumeur. Ce monsieur n’avait pas un brin de psychologie, c’était vraiment le pavé dans la mare. J’ai attendu, j’ai passé 4 jours où ça a été très dur en attendant le résultat de ma biopsie, mes examens médicaux et la consultation du premier gastro-entérologue. Lui m’a mis en confiance en me disant que j’allais m’en sortir, que ce n’était pas un cancer important. Il m’a mis en confiance mais ça a été très dur pendant 4 jours au niveau moral par l’annonce de ce radiologue qui manquait complètement de psychologie.

Quels conseils donneriez-vous aux autres patients ?

Quand on apprend ce genre de maladie, c’est vrai que ça en met un coup au moral. Il faut y croire, maintenant il y a des moyens de se soigner, il y a des nouveaux traitements, donc il faut y croire et je peux dire que moi, depuis 2015, ça ne va pas trop mal !

Avec les traitements, les consultations d’abord semestrielles puis trimestrielles, il faut espérer et continuer à être confiant !

FR-NON-00616


Top

Jacques, tout commence (…) ici et maintenant

Présentez-vous brièvement ? Je m’appelle Jacques, je suis né en 1946 ce qui fait que si on compte normalement, j’ai 73 ans. On m’a dégotté un cancer j’avais 53 ans, ça fait donc un certain temps que je me bats contre ce cancer qui fut d’abord un simple cancer de la prostate. Puis, petit à petit, […]

Elsa, c’est essentiel de parler de sa maladie

Présentez-vous brièvement ? Je m’appelle Elsa, j’ai 45 ans. J’ai eu il y a six ans maintenant un lymphome d’Hodgkin au stade 4 et je suis actuellement en rémission. Comment avez-vous découvert votre maladie ? J’ai découvert mon cancer d’une façon un peu étrange, c’est-à-dire que j’avais des quintes de toux, je toussais énormément et on était […]