Sexualité et cancer : qu’est-ce qui change ?

Le cancer et ses traitements peuvent avoir des conséquences importantes sur la sexualité. Ces difficultés, même passagères, peuvent être difficiles à accepter, pour la femme comme pour l’homme. Des solutions existent, parlez-en avec votre médecin.

temps de lecture

Temps de lecture : 4 min

Quel est l’impact de la maladie sur ma sexualité ?

L’anxiété, la tristesse ou le choc psychologique provoqué par l’annonce d’un cancer sont susceptibles d’altérer le désir, tant celui des patients que celui de leurs partenaires. La maladie et ses traitements peuvent perturber la sexualité. Ainsi, les chimiothérapies entraînent, en général, une grande fatigue. Certaines peuvent être à l’origine de nausées et de vomissements, qui contribuent à un désintérêt temporaire pour la vie intime. En outre, certains traitements, en particulier chirurgicaux mais pas seulement, modifient l’image et l’estime de soi, influant parfois sur le sentiment de désirabilité.

Quelles sont les conséquences chez l’homme ?

Certains traitements entraînent parfois des troubles de l’éjaculation et peuvent réduire l’orgasme. Ils peuvent également rendre douloureux l’acte sexuel. Selon l’âge, l’opération et le type de tumeur, les conséquences d’un acte chirurgical peuvent être très variables. Des nerfs et des artères, qui participent à l’érection, sont parfois touchés.

Les effets secondaires de la chimiothérapie (nausées, vomissements, fatigue…) peuvent faire baisser le désir. De plus, une modification de l’image corporelle peut fragiliser psychologiquement. La plupart de ces effets sont temporaires et s’arrêteront dès la fin du traitement, d’autres peuvent durer plus longtemps ou être irréversibles.

Quelles sont-elles chez la femme ?

Chez la femme, la fatigue ou les douleurs peuvent directement affecter le désir et la capacité à prendre et à donner du plaisir. Au niveau psychologique, l’anxiété, voire la dépression sont défavorables à une sexualité épanouie. Les chimiothérapies peuvent également provoquer des irritations, notamment de la muqueuse vaginale. Celle-ci devient inflammée et cela peut rendre les rapports douloureux. Cette irritation peut favoriser le développement de mycoses, provoquant alors des écoulements vaginaux et des démangeaisons. La chimiothérapie, la chirurgie ou encore l’hormonothérapie sont susceptibles d’induire une ménopause, avec les possibles désagréments qui l’accompagnent, comme une sécheresse vaginale, des cycles menstruels irréguliers ou absents, une atrophie vaginale ou des bouffées de chaleurs. Certains traitements, dans les cancers gynécologiques ou digestifs, provoquent parfois des séquelles durables conduisant tant à une gêne fonctionnelle qu’à une atteinte de l’image corporelle.

Le cancer peut-il nuire à la fertilité ?

Dans certains cas, les traitements altèrent la fertilité. Chez les enfants, les adolescent(e)s ou les jeunes adultes, des mesures de préservation ou de conservation de sperme ou d’ovules pourront être réalisées avant le début des traitements dans l’un des CECOS, Centres d’Etude et de Conservation des Œufs et du Sperme humains (https://www.cecos.org/).

Y a-t-il des contre-indications à la reprise des rapports sexuels ?

Immédiatement après une chirurgie, les rapports sexuels ne sont pas conseillés. L’effort physique peut perturber le processus de cicatrisation. Le délai recommandé est à discuter avec votre médecin. En outre, il est déconseillé de projeter une grossesse pendant le temps du traitement. Si vos défenses immunitaires sont diminuées, il est préférable de voir avec votre médecin si les rapports sont possibles ou non. Par ailleurs, il n’a jamais été démontré de lien entre la reprise d’une activité sexuelle et une rechute ou une récidive d’un cancer. En aucun cas, le cancer ne peut être transmis à votre partenaire.

Comment retrouver désir et plaisir ?

Ces différents troubles de la sexualité sont fréquents mais le plus souvent temporaires. Des solutions existent pour les gérer, ainsi que limiter les effets secondaires des traitements et leur impact psychologique. N’hésitez pas à en parler à votre médecin.


SOURCES

INCa :

  • « Relations sexuelles »
    https://www.e-cancer.fr/Patients-et-proches/Aider-un-proche-malade/Les-relations/Relations-de-couple/Relations-sexuelles,
    consulté le 25/07/2019
  • Effets secondaires de la radiothérapie
    https://www.e-cancer.fr/Patients-et-proches/Se-faire-soigner/Traitements/Radiotherapie/Effets-secondaires/Ventre-et-bas-ventre,
    consulté le 25/07/2019
  • Sexualité et fertilité,
    https://www.e-cancer.fr/Patients-et-proches/Qualite-de-vie/Sexualite-et-fertilite/Fertilite,
    consulté le 25/07/2019

La ligue contre le cancer :

  • « Sexualité et cancer » (femmes),
    https://www.ligue-cancer.net/sites/default/files/brochures/sexualite-cancer-femme_2016-03-.pdf,
    consulté le 25/07/2019
  • « Sexualité et cancer » (hommes),
    https://www.ligue-cancer.net/sites/default/files/brochures/sexualite-cancer-homme_2016-03-.pdf,
    consulté le 25/07/2019

AFSOS :

  • « La sexualité »,
    http://www.afsos.org/fiche-soin/la-sexualite/,
    consulté le 25/07/2019 

FR-NON-00088


Voir aussi

picto articles
Articles

Soigner son alimentation pendant une chimiothérapie

Soigner son alimentation pendant une chimiothérapie est essentiel
  • alimentation
  • bien-être
  • chimiothérapie
  • effets_secondaires
  • soins_de_support
  • traitement

Les médecines douces pour bien supporter son traitement

  • bien-être
  • effets_secondaires
  • soins_de_support
  • traitement