L’hérédité dans le cancer : focus sur le cancer colorectal

Le développement d’un cancer peut être dû à de nombreux facteurs. Parmi ces facteurs de risque, on trouve ceux liés aux comportements (la consommation d’alcool, le tabagisme, la sédentarité, l’alimentation…), ceux liés à l’environnement (les polluants physiques et chimiques, les agents infectieux) et enfin ceux liés à l’individu et son histoire comme l’âge, les hormones […]

temps de lecture

Temps de lecture : 3 min

Le cancer colorectal d’origine héréditaire survient dans 5% des cas.

Le développement d’un cancer peut être dû à de nombreux facteurs. Parmi ces facteurs de risque, on trouve ceux liés aux comportements (la consommation d’alcool, le tabagisme, la sédentarité, l’alimentation…), ceux liés à l’environnement (les polluants physiques et chimiques, les agents infectieux) et enfin ceux liés à l’individu et son histoire comme l’âge, les hormones ou encore les mutations génétiques héréditaires. Ces dernières sont transmissibles au sein des familles et augmentent le risque de développer certains cancers. Ces mutations sont dites congénitales et sont présentes dès la naissance, dans toutes les cellules de l’organisme. Aujourd’hui, il est estimé que 5% des cancers auraient une origine héréditaire. Le cancer colorectal peut être d’origine héréditaire. En effet, on estime que les cancers colorectaux survenant dans un contexte familial représentent 15% des cas et sont liés à une prédisposition génétique dans 5% des cas.

Parmi les formes héréditaires de cancers colorectaux, il en existe deux :

  • La Polypose adénomateuse familiale (PAF) quireprésente 1% des cancers colorectaux. Une altération du gène suppresseur de tumeurs APC est à l’origine de la maladie. Cette maladie se manifeste avec l’apparition de centaines de polypes très reconnaissables en coloscopie au cours de l’adolescence et dont le nombre croît avec l’âge. Les personnes atteintes de PAF doivent faire l’objet d’un suivi régulier à partir de 12 ans. Sa prise en charge doit donc se faire dès l’âge de 20 ans pour éviter le développement d’un cancer. En l’absence d’un traitement préventif l’âge moyen auquel le cancer apparait est de 35-40 ans.
  • La forme héréditaire non polyposique du cancer colorectal, autrement appelée Syndrome de Lynch . Ce syndrome est la conséquence de mutations affectant le système de réparation de l’ADN cellulaire. Il est responsable d’environ 2 à 3% des cancers colorectaux et représente donc la forme la plus fréquente de cancer colorectal héréditaire. Les caractéristiques des tumeurs ne sont pas spécifiquement évocatrices de ce syndrome, cette forme de cancer est donc plus difficile à reconnaitre. À 70 ans, le risque de développer ce cancer est d’environ 30-48% pour les personnes atteintes du syndrome de Lynch. Afin de réduire ce risque, il est donc recommandé de faire un suivi par endoscopie dès l’âge de 20 ans.

Un spécialiste peut suspecter une forme héréditaire de cancer colorectal si :

  • Il y a eu dans la famille des cancers colorectaux avant 50 ans
  • Il y a eu un cancer colorectal chez 2 apparentées au 1er degré (père/mère ; frère/sœur ; enfant)
  • Le même sujet a eu 2 cancers parmi les cancers colorectaux, de l’endomètre, des ovaires, de l’intestin grêle ou de l’uretère.

Dans ce cas, le spécialiste pourra recommander un diagnostic pré-symptomatique (avant l’apparition de symptômes) pour les apparentés et une recherche de ces mutations génétiques lors d’une consultation oncogénétique. En effet, les personnes portant les mutations génétiques impliquées dans la PAF ou le syndrome de Lynch ne sont pas toujours susceptibles de développer un cancer colorectal mais sont considérées comme à très haut risque d’en développer un par la Haute Autorité de Santé.

N’hésitez pas à demander votre kit de dépistage du cancer colorectal par test immunologique à votre médecin ou votre pharmacien. Un cancer colorectal dépisté précocement a 9 chances sur 10 d’être guérit.


FR-NON-00805


Sources :

  1. Fondation ARC. Cancer : les facteurs de risques. Mise à jour le 11 février 2022. Disponible sur https://www.fondation-arc.org/cancer/facteurs-risque-cancer Consulté le 11/02/2022
  2. Grandval P. Diagnostic et surveillance des patients à très haut risque génétique du cancer colorectal. Post’U 2020. Disponible sur fmcgastro.org.
  3. INCa. Guide patient. La polypose adénomateuse familiale. Septembre 2011. Disponible sur https://www.e-cancer.fr Consulté le 11/02/2022
  4. INCa. Guides patients : Les traitements des cancers du côlon. Septembre 2020. Disponible sur https://www.e-cancer.fr/Patients-et-proches/Les-cancers/Cancer-du-colon/Les-points-cles Consulté le 11/02/2022
  5. INCa. Les prédispositions génétiques. Mise à jour le 18/02/2017. Disponible sur https://www.e-cancer.fr/Professionnels-de-sante/L-organisation-de-l-offre-de-soins/Oncogenetique-et-plateformes-de-genetique-moleculaire/Les-predispositions-genetiques#toc-alt-rations-g-n-tiques-constitutionnelles. Consulté le 01/03/2022
  6. Haute Autorité de Santé. Fiche Mémo. Cancer colorectal : modalités de dépistage et prévention chez les sujets à risque élevé et très élevé. Mai 2017.
  7. INCa. Cancer Colorectal : Dépistage par test immunologique et autres modalités. Juillet 2020. Disponible sur https://www.e-cancer.fr/Expertises-et-publications/Catalogue-des-publications/Cancer-colorectal-Depistage-par-test-immunologique-et-autres-modalites

Top

Voir aussi

picto articles
Articles
No related posts