Home » En phase de récidive » Contrôler les facteurs de risque
Close Mobile Navigation

En phase de récidive

Les causes de la récidive

Contrôler les facteurs de risque

Pour éviter une récidive ou la repérer le plus précocement possible, il faut suivre les recommandations de son médecin, se rendre à toutes les consultations prévues et réaliser ses examens de contrôle (analyses de sang, scanners, échographies…). Des traitements dits “adjuvants” sont parfois prescrits à titre préventif après la fin du traitement principal. La prescription de tels traitements, comme des chimiothérapies adjuvantes dans certains cancers du sein, peut parfois donner lieu à des examens complémentaires, des tests génomiques prédictifs de récidive.

Par ailleurs, le médecin conseillera aussi au patient de mener la vie la plus saine possible : éviter le tabac, minimiser l’alcool, manger équilibré, éviter le surpoids, avoir une activité physique régulière… Un facteur de risque comportemental peut être à l’origine de l’apparition de deux cancers successifs sans que le second constitue une récidive ou une rechute. Le tabagisme, par exemple, peut provoquer tour à tour des cancers du poumon, de la gorge, de la bouche… Un comportement à risque peut aussi favoriser une récidive s’il n’a pas été interrompu dès l’apparition du premier cancer.

Nombre de facteurs de risque sont intrinsèques aux mécanismes de la maladie. L’âge peut influer sur le risque de récidive. On sait qu’un cancer du sein sera par exemple plus agressif chez les jeunes femmes. La taille de la tumeur initiale (et le “grade” de 1 à 3, voire 4 ou 5 selon les cancers), souvent liée au fait que la maladie a été dépistée plus ou moins tôt, joue aussi un rôle. Certains cancers (sein, prostate, thyroïde, endomètre…) sont dits hormono-dépendants, c’est-à-dire sensibles aux hormones, sécrétées par l’organisme. Pour déterminer le risque de rechute, les médecins évaluent ces éléments, ainsi que les résultats des examens biologiques propres à chaque type de cancer (récepteurs hormonaux, marqueurs biologiques…).


SOURCES

Fondation ARC :

Haute autorité de santé (HAS) :

Institut national du cancer (INCa) :

La Ligue contre le cancer :

Pages consultées le 12/09/2019

FR-NON-00135