Ma thérapie ciblée

La recherche fondamentale sur la biologie du cancer a permis de mieux comprendre l’interaction des cellules cancéreuses avec leur environnement. De nouveaux médicaments agissant sur des mécanismes propres au développement des cancers sont nés de ces découvertes. Associées à d’autres types de traitement, les thérapies ciblées offrent des possibilités de parcours thérapeutiques de plus en plus personnalisés.

A quoi ça sert ?

Les thérapies ciblées forment une classe innovante de médicaments anticancéreux qui agit spécifiquement sur des caractéristiques des cellules cancéreuses. Ces thérapies peuvent les empêcher de se diviser, de se développer et de se propager en bloquant la transmission d’informations, ou encore stopper la formation de vaisseaux sanguins autour de la tumeur.

Ainsi, elles peuvent contribuer à traiter ou à stabiliser certains cancers.

Plus précisément, ces médicaments ont quatre cibles principales :

  • la famille des récepteurs HER (Human Epidermal Growth Factor Receptor), qui jouent un rôle dans la prolifération et la différenciation des cellules cancéreuses (récepteurs HER1, HER2, HER3, HER4, EGFR, BRAF, KRAS),
  • les protéines ayant un rôle dans la réparation des dommages de l’ADN (BRCA, PARP),
  • les signaux et mécanismes conduisant à l’activation du gène Ras, dont des mutations sont présentes dans 30% des cancers humains,
  • la formation de nouveaux vaisseaux sanguins autour de la tumeur, à partir de vaisseaux existants : c’est l’angiogenèse. Les thérapies ciblées empêchent alors la tumeur de se développer et de former des métastases.

Pour quels cancers ?

L’Institut national du cancer (INCa) a recensé 47 thérapies ciblées pouvant être prescrites dans 19 types de cancer, avec parfois plusieurs traitements disponibles pour certains d’entre eux.

Une thérapie ciblée peut éventuellement être proposée après une intervention chirurgicale, en association avec une chimiothérapie, une hormonothérapie ou une radiothérapie, ou encore après celles-ci. Ces possibilités varient selon les patients, leur état de santé et leurs souhaits, les caractéristiques des cancers, les établissements de soins et leurs équipes.

Pour quels patients ?

Ces traitements visent une “anomalie moléculaire” particulière qui ne concerne pas qu’un type de cancer, mais qui n’est pas systématiquement présente. Ainsi, un même médicament pourra être prescrit dans différents cancers, mais il ne sera pas forcément pertinent pour tous les patients. C’est pourquoi certains de ces traitements ne peuvent être prescrits qu’après un test spécifique, tel qu’un test de génétique moléculaire recherchant des mutations des gènes BRCA.

Celui-ci est réalisé sur des cellules de la tumeur par un laboratoire d’anatomie et cytologie pathologiques ou par un laboratoire de biologie médicale. Ce test peut être effectué au moment du diagnostic ou plus tard, en fonction de l’évolution du cancer. Les résultats sont disponibles en deux à trois semaines.

Par ailleurs, la présence de cette anomalie n’est pas une garantie d’efficacité. L’enjeu est donc d’identifier des caractéristiques biologiques, ou biomarqueurs, qui permettent d’anticiper les effets d’un tel traitement chez un patient.

En pratique

Les modes d’administration

Selon les molécules, les thérapies ciblées peuvent être prises par voie orale à domicile, ou sous forme d’injection intraveineuse, sous-cutanée, dans des services d’oncologie, en hôpital de jour.

Pour les médicaments pris par voie orale, il est important de respecter la prescription, quant aux doses, nombre de prises et durée du traitement. Si tel n’est pas le cas, qu’une prise est “manquée” ou que vous subissez des vomissements, il est nécessaire de contacter votre médecin pour l’en informer : il vous indiquera la marche à suivre. Certains de ces traitements sont disponibles en pharmacie de ville et votre pharmacien saura vous conseiller et répondre à vos questions. Parfois, seule la pharmacie de votre établissement de santé pourra vous les fournir.

Le programme personnalisé de soins (PPS)

Une fois le bilan terminé, un plan de traitement peut être défini en réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP) réunissant divers spécialistes en oncologie (chirurgien, oncologue médical, spécialiste de l’organe concerné, pathologiste…). Ce plan vous est proposé lors d’une consultation d’annonce, il doit faire l’objet d’un accord mutuel entre le patient et son médecin. Toutes les options thérapeutiques disponibles dans votre situation vous sont décrites, ainsi que les bénéfices attendus et les effets indésirables potentiels. C’est le moment de poser toutes les questions qui vous préoccupent, de demander des éclaircissements et de faire part de vos craintes ou des problèmes pratiques que vous pouvez anticiper. Vous pouvez être accompagné par un proche. Il vous est possible de discuter ce plan, de prendre le temps de la réflexion avant de l’accepter, de demander un second avis ou de consulter votre médecin traitant pour avoir le sien.

Après avoir donné votre accord sur la proposition de traitements, celle-ci devient votre programme personnalisé de soins (PPS). Ce document comporte les dates de vos différents traitements, leur durée, ainsi que les coordonnées des différents membres de l’équipe soignante. Votre PPS peut être modifié au cours de votre prise en charge, en fonction des résultats et de votre état de santé, à la demande de votre équipe de soins ou à la vôtre.

Les étapes de la prise en charge qui sont décrites ici peuvent varier selon les patients et les différents établissements de soins. Elles sont communiquées à titre indicatif.

Quels effets indésirables ?

Ces traitements du cancer sont généralement bien tolérés, mais ne sont pas pour autant dépourvus d’effets indésirables. Les traitements par voie orale (comprimés ou gélules) n’entraînent pas moins d’effets indésirables que ceux administrés autrement, ils nécessitent la même vigilance quant à leurs éventuels effets.

Comment les reconnaître ?

Les thérapies ciblées entraînent des effets indésirables variables d’un patient à l’autre et selon leur type et la dose de médicament administrée. Ils peuvent survenir à n’importe quelle phase du traitement ou une fois celui-ci terminé. Ces effets indésirables sont généralement transitoires et prennent fin en même temps que le traitement.

Parmi les plus fréquents, on peut citer :

  • la fatigue,
  • des toxicités sur la peau, le cœur, les vaisseaux, les yeux, le poumon et les globules rouges, globules blancs et plaquettes,
  • des nausées ou des vomissements,
  • des diarrhées.

Les thérapies ciblées sont prises au long cours afin de maintenir un blocage des mécanismes oncogéniques. Les patients sont donc exposés en continu à ces traitements et il peut exister un effet cumulatif des effets indésirables.

D’autres effets, spécifiques à chaque médicament, peuvent apparaître. Ils vous seront indiqués par votre médecin et renseignés dans la notice du médicament que vous pouvez consulter sur la Base de données publique des médicaments (http://base-donnees-publique.medicaments.gouv.fr/).

Comment réagir ?

Si vous remarquez des symptômes que vous pensez liés à votre traitement, faites-en part à votre équipe soignante sans tarder. Ils pourront ainsi faire l’objet d’une prise en charge spécifique.

Vous pouvez évoquer vos difficultés à l’occasion des consultations de surveillance avec votre équipe soignante. En effet, une thérapie ciblée nécessite des rendez-vous réguliers pour vérifier que le traitement se déroule bien et, le cas échéant, proposer des traitements complémentaires. Vous pouvez aussi consulter votre médecin traitant qui a reçu une copie de votre PPS, le compte rendu de la RCP, le compte rendu d’analyse de la tumeur et un courrier de synthèse après chaque hospitalisation. Plus vite vous évoquerez le problème, plus rapidement vous pourrez être soulagé.


SOURCES

Hôpital européen Georges Pompidou :

  • « Thérapies ciblées », https://www.oncologie-medicale-hegp.fr/therapies-ciblees/, consulté le 25/07/2019

INCa :

  • « Les thérapies ciblées », https://www.e-cancer.fr/Professionnels-de-sante/Les-therapies-ciblees, consulté le 25/07/2019
  • Section « Médecine de précision : quels traitements ? », https://www.e-cancer.fr/Comprendre-prevenir-depister/Comprendre-la-recherche/La-medecine-de-precision/Quels-traitements-Qui-est-concerne, consulté le 25/07/2019
  • « Médecine de précision », https://www.e-cancer.fr/Patients-et-proches/Se-faire-soigner/Traitements/Therapies-ciblees-et-immunotherapie-specifique/Medecine-de-precision, consulté le 25/07/2019
  • « Qu’est-ce qu’une thérapie ciblée ? », https://www.e-cancer.fr/Expertises-et-publications/Catalogue-des-publications/Qu-est-ce-qu-une-therapie-ciblee, consulté le 25/07/2019
  • « Effets indésirables », https://www.e-cancer.fr/Patients-et-proches/Se-faire-soigner/Traitements/Therapies-ciblees-et-immunotherapie-specifique/Effets-indesirables, consulté le 25/07/2019

FR-NON-00175

Mieux vivre mon cancer

picto articles
Articles

Soigner son alimentation pendant une chimiothérapie

Soigner son alimentation pendant une chimiothérapie est essentiel
  • alimentation
  • bien-être
  • chimiothérapie
  • effets_secondaires
  • soins_de_support
  • traitement

Les médecines douces pour bien supporter son traitement

  • bien-être
  • effets_secondaires
  • soins_de_support
  • traitement