Home » Mon opération chirurgicale » Les techniques
Close Mobile Navigation

Mon opération chirurgicale

En pratique

Deux consultations sont programmées dans les semaines qui précèdent l’opération, l’une avec le chirurgien, l’autre avec l’anesthésiste. Le chirurgien fait alors part de la technique qu’il va utiliser, des bénéfices attendus, des risques et des complications possibles. C’est le moment de lui poser toutes les questions et de lui faire part de possibles inquiétudes sur l’opération et ses suites. La consultation avec l’anesthésiste permet d’évaluer les risques en prenant en compte antécédents médicaux et chirurgicaux, et état de santé, afin de réaliser l’anesthésie en toute sécurité. A cette occasion, le médecin informe des risques liés à celle-ci, qu’elle soit locale ou générale. Il est également possible de lui poser des questions et un formulaire de consentement éclairé est présenté avant l’intervention.

À l’issue des consultations, divers documents d’information sont remis au patient. Le chirurgien et/ou l’anesthésiste auront peut-être fait certaines recommandations pour se préparer à l’intervention : consignes alimentaires, adaptation de vos traitements, préparation physique… Elles sont adaptées à chaque situation, il est important de les suivre. Un bilan dentaire et différents examens peuvent aussi être réalisés (électrocardiogramme…).

Avant la chirurgie, l’arrêt du tabac est fortement recommandé. Selon la Société Française d’Anesthésie et de Réanimation (SFAR), les bénéfices potentiels pour le patient augmentent proportionnellement avec la durée du sevrage.

Un effet bénéfique est observé sur la cicatrisation dès 3 à 4 semaines de sevrage avant l’opération chirurgicale. Un sevrage plus précoce, de plus de 8 semaines, diminuerait de « près de 50% les complications respiratoires par rapport au fumeur actif », précise la SFAR.

Les techniques

Les techniques chirurgicales des cancers ont beaucoup progressé ces dernières années :

Le choix de la technique dépend à la fois du cancer, de sa localisation, de son stade et de son grade, mais également de l’état de santé du patient et de son accord.


SOURCES

INCa :

Société Française d’Anesthésie et de Réanimation :

FR-NON-00110