Home » Mon cancer de la vessie » Les facteurs de risque
Close Mobile Navigation

Mon cancer de la vessie

Les facteurs de risque

Il n’y a pas de cause réelle directe au cancer de la vessie, mais il existe des facteurs de risques qui peuvent favoriser son développement.

  • Le tabac est certainement le facteur de risque le plus important. Il serait la cause de plus d’un cancer de la vessie sur deux. Les composés toxiques du tabac sont éliminés par les reins dans les urines, via la vessie.
  • Certaines substances ou certains produits chimiques utilisés dans un cadre professionnel peuvent augmenter le risque de cancer de la vessie. Il s’agit des amines aromatiques, substances employées dans les industries chimiques, du textile, du caoutchouc et d’autres composants comme le goudron. Les hydrocarbures aromatiques polycycliques sont des polluants que l’on trouve dans l’air (fumée du tabac et gaz d’échappement des véhicules), l’eau ou les aliments et qui peuvent augmenter le risque de cancer de la vessie. Dans ce cadre, le cancer de la vessie peut être considéré comme une maladie professionnelle.
  • Les infections urinaires (cystites) répétées et insuffisamment soignées peuvent également augmenter le risque.
  • La bilharziose, une infection par un ver parasite surtout présente en zones tropicales et subtropicales, présente également des risques de développement d’un cancer de la vessie.
  • Certains traitements contre la douleur, de chimiothérapie ou une précédente radiothérapie du bassin constituent des facteurs de risque. La recherche travaille à déterminer leur impact.
  • Certaines substances contenues naturellement dans l’eau de certaines régions sont incriminées : arsenic et trihalométhanes. Pour l’arsenic, le risque de cancer de la vessie augmente si la quantité quotidienne ingérée est supérieure à 80 microgrammes.
  • D’autres produits sont soupçonnés de favoriser l’apparition d’un cancer de la vessie : consommation régulière de saccharine et les teintures pour cheveux.

Il n’y a pas de campagne nationale de dépistage comme pour d’autres cancers. Lors de consultations
de médecine du travail, l’analyse des urines comprend la recherche de sang. Si du sang est détecté
dans vos urines, le médecin du travail vous demandera alors de consulter rapidement votre médecin
traitant et de lui en faire part. Dans tous les cas, la présence de sang dans les urines et les causes
éventuelles seront confirmées par un examen cytobactériologique des urines (ECBU).


SOURCES

AMELI :

Cancer et Environnement (Centre Léon Bérard)

CHU Henri Mondor :

InfoCancer :

Institut Curie :

Institut national du cancer (INCa) :

Fondation ARC :

Sources consultées le 12/11/2019

FR-NON-00170