Home » Mon cancer du rein » Les mécanismes
Close Mobile Navigation

Mon cancer du rein

Comprendre mon cancer

Les mécanismes

Les deux reins se situent de part et d’autre de la colonne vertébrale, à l’arrière de la cavité abdominale. 

Ils remplissent plusieurs fonctions dans l’organisme : filtrer le sang et en éliminer les déchets, assurer l’équilibre des liquides corporels en maintenant les concentrations des substances qui y sont dissoutes : sodium, potassium, calcium ; réguler la pression artérielle en sécrétant la rénine et stimuler la production de globules rouges et d’hémoglobine dans la moelle osseuse, en secrétant de l’EPO (époïétine).

Chaque rein contient environ un million de néphrons qui filtrent le sang. Environ 7,5 litres de sang par heure peuvent ainsi être filtrés. Une grande partie de l’eau, des sels, des minéraux et des sucres est réabsorbée dans l’organisme. Seuls les déchets sont éliminés sous forme d’urine. Chaque rein contient une cavité, appelée bassinet, dans laquelle l’urine est collectée. L’urine part du bassinet, passe par les uretères avant d’arriver à la vessie et d’être évacuée par l’urètre.

Dans la majorité des cas, le cancer se développe à partir du parenchyme, le tissu qui assure la fonction d’épuration rénale, et est appelé “carcinome à cellules rénales”. Une minorité de cancers du rein regroupent de nombreux types de tumeurs, relativement plus rares.

Lorsqu’un cancer du rein se développe, les cellules cancéreuses sont d’abord peu nombreuses et limitées à l’intérieur du rein : il s’agit d’un cancer “localisé”. Avec le temps et en l’absence de traitement, les cellules cancéreuses deviennent plus nombreuses et la taille de la tumeur augmente. Elle peut s’étendre au-delà du rein et toucher les tissus et les organes adjacents. Dans ce cas, on dit que le cancer est “localement avancé”.
Des cellules cancéreuses peuvent se décrocher de la tumeur et se disséminer par le biais des vaisseaux lymphatiques ou sanguins, et former des tumeurs secondaires ou métastases dans d’autres parties du corps, notamment les ganglions lymphatiques, les poumons, les os, le foie ou le cerveau. On parle alors de cancer métastatique.


SOURCES

ARTuR, association pour la recherche sur les tumeurs du rein :

Santé Publique France :

Institut National du Cancer :

Haute Autorité de Santé :

Fondation ARC pour la recherche sur le cancer :

FR-NON-00108