Home » Mon cancer de la sphère ORL » Les symptômes
Close Mobile Navigation

Mon cancer de la sphère ORL

Comprendre mon cancer

Les symptômes

Les signes d’alerte dépendent bien sûr de la localisation de la tumeur. Il peut s’agir d’un enrouement qui persiste, une gêne lors du passage des aliments, une modification de la voix, une douleur en avalant… Ces signes peuvent indiquer une possible lésion du larynx par exemple. Une plaie chronique cicatrisant mal ou des saignements répétés au niveau de la bouche doivent faire évoquer une possible lésion de la cavité buccale. Les cancers de la bouche sont parfois repérés par le dentiste à l’occasion d’un examen ou d’un soin dentaire. À un stade plus avancé, les symptômes des cancers de la sphère ORL peuvent être différents : fatigue, anorexie, amaigrissement…

SI vous présentez l’un des symptômes suivants pendant plus de trois semaines, consultez votre médecin généraliste qui vous dirigera, si besoin, vers un spécialiste :

Devant des manifestations de ce type, il est important de consulter un médecin. Plus la détection de ces lésions est précoce, plus les chances de guérison sont grandes.

Pour poser le diagnostic, un(e) chirurgien(ne) oto-rhino-laryngologiste (ORL) ou maxillo-facial(e), examine les voies aérodigestives supérieures directement, ou grâce à un miroir ou un fibroscope (un tube souple doté d’une lampe et d’une caméra qui lui permet de voir l’intérieur de la bouche et du nez). La bouche et le cou sont palpés, l’intérieur des oreilles examiné.

Une endoscopie sera ensuite réalisée sous anesthésie générale. Un tube rigide, équipé d’une caméra, permet de visualiser la tumeur, d’étudier son étendue, mais aussi d’effectuer des prélèvements qui permettront de vérifier que les cellules sont cancéreuses et de déterminer le type de cancer. Par ailleurs, différents examens d’imagerie (scanner, tomodensitométrie, IRM, TEP) seront réalisés.

En parallèle, une fois le diagnostic établi, un bilan pré-thérapeutique comportera des analyses de sang, une évaluation de la santé cardiovasculaire, de la nutrition, ainsi qu’un bilan dentaire afin d’effectuer tous les soins nécessaires à ce niveau avant de débuter les traitements contre le cancer.

Le temps consacré à ces différents rendez-vous avec plusieurs professionnels de santé, aux examens et à l’attente des résultats peut sembler long. Mais ce bilan est indispensable pour poser le diagnostic, connaître le cancer et proposer le ou les traitements les plus adaptés.


SOURCES

Institut national du cancer (INCa) :

Institut Curie :

Institut Gustave Roussy :

Réseau régional de cancérologie :

Fondation ARC :

J. Connor, “Alcohol consumption as a cause of cancer”, in Addiction, Volume112, Issue2, February 2017, Pages 222-228 : https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1111/add.13477,
consulté le 22/07/2021

FR-NON-00105