Home » Mon cancer de la sphère ORL » Les traitements
Close Mobile Navigation

Mon cancer de la sphère ORL

Les traitements

Trois types de traitements sont utilisés, seuls ou en combinaison, pour traiter les cancers des VADS :

  • la chirurgie
  • la radiothérapie ;
  • les médicaments anticancéreux : chimiothérapie classique et thérapie ciblée. Des médicaments d’immunothérapie commencent également à être utilisés ; ils s’adressent à des patients dont la maladie a progressé après un premier traitement.

Selon les cas, l’objectif de ces traitements sera :

  • la suppression de la tumeur, des ganglions atteints ou des métastases,
  • une réduction du risque de récidive (réapparition d’une lésion cancéreuse au même endroit ou dans une autre région du corps),
  • de freiner le développement de la tumeur ou des métastases,
  • la prévention, mais aussi le traitement des symptômes et des complications liés à la maladie, et/ou ces traitements pour maintenir la meilleure qualité de vie possible.

Le choix des traitements est adapté à chaque situation et dépend des caractéristiques du cancer dont le patient est atteint : organe concerné, type de cellules impliquées, degré d’agressivité, degré d’extension…

Votre âge, vos antécédents médicaux et chirurgicaux, votre état de santé global (notamment votre état nutritionnel), les contre-indications éventuelles à certains traitements ainsi que vos souhaits sont également pris en compte.

Préserver au maximum vos fonctions respiratoire, phonatoire (votre voix), de déglutition ainsi que votre qualité de vie sont des enjeux qui influent le choix du plan de traitement.

La chirurgie doit permettre une ablation (exérèse) complète de la tumeur avec une marge de sécurité. Elle est réalisée chaque fois que possible. Durant la chirurgie, le chirurgien veillera à épargner au maximum la phonation, la déglutition et la respiration. Elle peut également comporter l’ablation des ganglions lymphatiques situés à proximité de l’organe concerné (curage ganglionnaire). Si la tumeur est petite et que les ganglions ne sont pas envahis, aucun autre traitement n’est habituellement nécessaire. La tumeur retirée est examinée. En fonction des résultats, un traitement complémentaire (radiothérapie et/ou chimiothérapie ou thérapie ciblée) peut être nécessaire.

La chirurgie peut être réalisée par voie externe (c’est-à-dire en incisant la peau et les tissus pour atteindre la tumeur) ou par voie endoscopique. L’endoscope est composé d’un tube, relié à un écran extérieur, par lequel passent les instruments chirurgicaux. Il est introduit jusqu’à la tumeur par la bouche ou le nez, ou bien en réalisant de petites incisions, et permet donc de minimiser les cicatrices. Dans ce type d’intervention, le chirurgien peut aussi opérer avec l’aide d’un robot chirurgical.

Il existe plusieurs types d’interventions en fonction de l’emplacement de la tumeur:

  • pharyngectomie partielle : ablation d’une partie du pharynx,
  • laryngectomie : ablation de la totalité du larynx, cordes vocales comprises,
  • glossectomie : ablation d’une partie ou de toute la langue,
  • maxillectomie ou mandibulectomie : ablation de tout ou partie de la mâchoire supérieure ou inférieure.

Durant la chirurgie, le chirurgien veillera à épargner au maximum la phonation, la déglutition et la respiration. Néanmoins, la chirurgie des cancers ORL peut être mutilante d’un point de vue esthétique et fonctionnel. Une reconstruction est alors nécessaire, afin de restaurer l’esthétique et la fonction de l’organe opéré. Elle consiste à prélever de la peau, de l’os et/ou des morceaux de tissu dans une autre partie du corps et à les greffer à la place de l’organe retiré. Elle est, dans la mesure du possible, réalisée dans le même temps opératoire que l’exérèse de la tumeur.

Certaines tumeurs ne sont pas opérables : soit parce qu’elles sont dans des zones non accessibles aux instruments chirurgicaux, soit parce qu’elles sont trop proches de structures vitales que l’on ne peut pas retirer (grosse artère ou veine, notamment). Dans les cas où la tumeur ne peut pas être opérée, elle est alors traitée par radiothérapie, associée ou non à des médicaments.

La radiothérapie externe utilise des rayons ionisants pour détruire les cellules cancéreuses tout en préservant le mieux possible les tissus sains et les organes voisins. Elle est appliquée sur la tumeur, ou bien sur la zone où se trouvait la tumeur avant l’intervention chirurgicale, et si besoin sur les ganglions du cou.

Les médicaments peuvent être de plusieurs types :

  • Les médicaments de chimiothérapie classique agissent sur les mécanismes de division cellulaire
  • Les thérapies ciblées bloquent la croissance ou la propagation des cellules cancéreuses, en interférant avec les altérations moléculaires qu’elles présentent ou avec des mécanismes qui sont à l’origine de leur développement et de leur dissémination

Ces traitements se déroulent par cures successives, intercalées de périodes sans traitement. La durée totale du traitement est variable.

Pour certains cancers ORL, l’immunothérapie anticancéreuse peut être proposée.

Elle fait appel à des anticorps monoclonaux qui ont pour objectif de contrer la capacité de la tumeur à bloquer les défenses du système immunitaire pour combattre le cancer.


SOURCES

Institut national du cancer (INCa) :

Institut Curie :

Institut Gustave Roussy :

Réseau régional de cancérologie :

Fondation ARC :

J. Connor, “Alcohol consumption as a cause of cancer”, in Addiction, Volume112, Issue2, February 2017, Pages 222-228 : https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1111/add.13477,
consulté le 22/07/2021

FR-NON-00105